Contact: info@paejf.bf et contact@paejf.bf Tel.: 72 34 40 04
Programme d'Autonomisation Economique des Jeunes et des Femmes du Burkina Faso

Emploi des jeunes et des femmes : Plus de 10 milliards de FCFA investis entre 2017-2018

Créé le 23 juin 2017, le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) se veut une réponse forte du président du Faso à la question du chômage des jeunes et des femmes. Son budget de 16,5 milliards de FCFA est entièrement supporté par l’Etat. En 3 ans, le programme doit apporter des solutions concrètes à la question de l’auto-emploi et de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et des femmes en finançant 30.000 microprojets qui généreront 90.000 emplois directs et 10.000 indirects. Qu’est-ce qui fait la particularité de ce programme ? Quels sont les résultats déjà engrangés ? L’Economiste du Faso a rencontré Dr Soumaïla Bitibaly, coordonnateur du PAE/JF, un programme qui compte désormais dans la lutte contre la pauvreté au Burkina Faso.

 

Pour Dr Soumaïla Bitibaly, coordonnateur du PAE/JF : «Il faut absolument créer des espaces pour favoriser l’accompagnement des jeunes et des femmes et leur faciliter l’accès aux financements»

L’Economiste du Faso: Qu’est-ce qui a justifié la création du PAE/JF (EF)?

 

Dr Soumaïla Bitibaly (SB), coordonnateur du PAE/JF:Lacréation du PAE/JF s’inscrit dans le processus de recherche de solutions pour l’emploi des jeunes et des femmes au Burkina Faso, qui constitue un enjeu majeur pour l’Etat.

En effet, selon les résultats de l’enquête multisectorielle continue de 2014, 14,1% de jeunes et 30% de femmes sont au chômage. Ces taux paraissent faibles mais, socialement et économiquement, ils sont  très élevés. En plus, nous constatons que la force de l’Etat, qui est le principal pourvoyeur d’emplois, s’affaiblit d’année en année et le tissu économique n’arrive pas à combler l’écart.

Alors, que faire? L’option qui se présente est d’encourager les jeunes et les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat. Et cette solution, l’Etat l’a bien comprise et elle est bien prise compte dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) qui, en son axe 3, préconise de «dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois», avec pour objectif spécifique en son point 2.4 l’ambition de promouvoir l’emploi décent et la protection sociale pour tous, particulièrement pour les jeunes et les femmes.

La mise en place du  PAE/JF rentre dans cette dynamique, et nous contribuons  avec les autres  dispositifs déjà existants à trouver des solutions pour l’emploi des jeunes et des femmes au Burkina Faso.

 

Les 77.000 demandes de financement réceptionnées sont en train d’être saisies

EF : Combien de projets avez-vous financés en 2017 ? Et pour quels montants ?

SB : : D’abord, je dois préciser que le PAE/JF offre 2 types de financement : le financement direct opéré par l’intermédiaire de quatre fondspartenaires que sont le Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), le Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE), le Fonds d’appui au secteur informel (FASI) et le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF), et qui permet aux promoteurs d’avoir directement leurs crédits. Les montants de ce premier type de financement sont compris entre 100.000 FCFA à 1.000.000 FCFA pour le FASI, le FAIJ et le FAARF et 1.000.000 FCFA à 1.500.000 FCFA pour le FAPE.

L’une des particularités de ces crédits, ce sont les taux d’intérêts très souples. Ces taux sont  de 0% pour les personnes vivant avec un handicap, 1% pour les jeunes et les femmes et 2% pour les titulaires d’un diplôme post-baccalauréat. En plus, le remboursement se fait sur 36 mois.

Pour ce financement direct, en 2017, sur 91.720 dossiers reçus, il a été retenu 13.041 microprojets. Mais, finalement, ce sont 11.057 microprojets qui ont été financés à hauteur de 4,657 milliards de FCFA sur une enveloppe prévisionnelle de 5,4 milliards de FCFA. Nous tenons à préciser que  les 13.041 microprojets sont le résultat d’un tri très rigoureux opéré par des équipes d’analyses et de sélection.

Le nombre de microprojets réellement financés s’explique par le fait que des promoteurs ont désisté pour diverses raisons ; certains dossiers étaient aussi incomplets. Signalons que les promoteurs retenus ont bénéficié de formations en éducation financière et gestion d’entreprises   afin de leur permettre de gérer efficacement leurs entreprises et de rembourser les crédits. Nous sommes beaucoup regardants sur la question du remboursement. C’est pour cela qu’en plus du travail des services de recouvrement des fonds partenaires, nous avons mis en place une stratégie de suivi rapproché des bénéficiaires. De juin à octobre 2018, le taux de recouvrement est estimé à 12,45%.

 

Le deuxième type de financement est indirect et concerne les jeunes et les femmes porteurs de projets structurants dont les montants sont supérieurs ou égal à 1.500.000 FCFA. Il a été mis en place auprès de la Société financière de garantie interbancaire du Burkina (SOFIGIB) un Fonds de garantie en vue de partager avec les banques et les établissements financiers une partie des risques qu’ils prennent à court, moyen ou long terme. A ce niveau, nous avons permis à 22 promoteurs d’avoir des financements pour un montant de 369,670 millions de FCFA, pour une garantie totale 315.569.010 FCFA, de décembre 2017 à octobre 2018.

 

EF : Qu’est-ce qui est prévu pour 2018 ?

SB : Pour 2018, nous comptons financer au moins 10.000 microprojets sur un budget prévisionnel de 4,5 milliards de FCFA, plus le reliquat de 2017. Actuellement, nous sommes en train d’analyser, avec l’aide des spécialistes des fonds partenaires, plus de 77.000 demandes de financement que nous avons réceptionnées lors de l’appel à projets réalisé  au mois d’octobre, avec l’aide des structures déconcentrées des ministères en charge de la Jeunesse et de la Femme.

 

Interview réalisée par le journal Economiste du Faso

03/12/2018

1 responses on "Emploi des jeunes et des femmes : Plus de 10 milliards de FCFA investis entre 2017-2018"

  1. Tout sa la sa gâte coeur des. Comment des parents illettrés peuvent monter des dossiers structurants ?

Leave a Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Copyright: PAEJ/JF 2018, Conception © Agence UBICOM (contact@ubicom.be) All rights reserved.
%d blogueurs aiment cette page :